COMMENT UN LOOSER ET DEVENU UN VRAI BONHOMME…

Ça y est, c’est décidé ? Cette année vous prenez la décision de ne plus manger de cochonneries et de faire du sport pour retrouver la forme…mais combien de temps tiendrez-vous?
Vous avez peut-être déjà commencé par le dernier régime à la mode, mais vous ne tiendrez probablement pas longtemps, puisque après chaque repas de famille, de sorties entre amis ou de modification d’agenda, vous vous trouverez face à une situation où vous retrouverez vos bonnes vieilles habitues.
Alors pensez-vous qu’il soit possible de tenir ses engagements et rester durablement mince et en bonne santé ?

Tout d’abord permettez moi de vous raconter l’histoire de Valentin. Nous connaissons tous quelqu’un dans notre entourage quelqu’un qui a vécu cette expérience, moi même je l’ai connue, vous aussi peut-être. Voici l’histoire d’un ami que j’appellerai Valentin pour préserver son anonymat.

UNE ENFANCE NORMALE

Valentin a la petite trentaine, un garçon qui aime la vie et les plaisirs qu’elle lui offre. Valentin a passé son enfance dans une famille aimante et équilibrée et comme la majorité des adultes de son age, il grandi dans un monde plein d’écrans et d’offres alléchantes, savoureuses et colorées. Tous les samedis la famille allait faire le tour des supermarchés pour refaire le plein de provisions.
Valentin et sa petite sœur adoraient aller au supermarché pour redécouvrir dans chaque rayons un monde fantastique où les jouets neufs côtoient les sachets de bonbons et les sodas. Pour avoir un peu de répit, il n ‘était pas rare que ses parents cèdent aux caprices de Valentin et de sa petite sœur. Ils finissaient presque toujours par sortir avec une friandise avec un jouet dedans, ou un sachet de bonbon qui pique.

A table Valentin et sa soeur avaient l’habitude de bouder les légumes, ils aimaient les frites, les pâtes au fromage, les pizzas, les hamburgers. Pourtant il était fréquent de les voir manger des fruits (surtout lorsque que leur mère les autorisait à les arroser de sucre et de crème chantilly). Les goûters devant la télévision étaient pour eux un grand festival de sucre, de chocolat et de beurre. Les crêpes au chocolat, les tartines à la pâte à tartiner, le bol de cacao sucré, les glaces, les sablés, les marbrés, les biscuits enrobés, les biscuits fourrés, les bonbons pétillants, les sodas, et parfois les bols de céréales. D’ailleurs je lui ai confié avoir connu ces moments dans mon enfance, nous avons le même âge et tout le monde à cette époque prenait son goûter devant les célèbres dessins animés de 17h30. Mais dans son cas le cortège de sucrerie est un plaisir qu’il garda longtemps, et plus il vieillissait, plus il en prenait. Bien que petit il se dépensait beaucoup, ses habitudes alimentaire auront eut raison de sa silhouette quelques années plus tard.

LA PRISE DE CONSCIENCE

Du point de vue santé, hormis un peu d’asthme et d’allergies, Valentin n’a pas eut de gros problèmes. Mais une fois adolescent, il a très vite pris conscience que son physique le bloquait dans son quotidien. Il n’aimait pas les douces moqueries que l’on faisait sur ses rondeurs au collège, les cours d’éducation physique où il fallait faire preuve d’agilité étaient des séances de torture physique et morale. Son physique le faisait souffrir et devenait difficile a assumer. Le médecin de famille l’avait bien orienté vers un nutritionniste, mais les nombreuses restrictions auxquelles il devait faire face étaient devenues tellement insupportables pour lui qu’il mis fin prématurément à tous ses régimes… et il en avait connu une bonne dizaine !

Lorsque le moment de faire des études se présenta, Valentin avait appris à accepter son corps et à faire abstraction des moqueries. Pourtant, il aurait voulu lui aussi s’habiller dans ces vêtements ajustés à la mode, courir une longue distance avec aisance, ou connaître le succès auprès des filles de son âge.

L’HOMME QUI VOULAIT MAIGRIR

Plus tard lorsqu’il entra dans la vie active, il prit un abonnement à la salle de sport de son quartier pour perdre du poids et se défouler un peu. Il y alla environ cinq jours mais le regards des autres sur lui devenait insupportable, puis il trouva des excuses pour ne plus y aller.

Deux ans plus tard, il s’inscrivit à nouveau à la musculation, avec la volonté d’optimiser son abonnement à la salle. Son engagement fut tenu et Valentin alla pousser de la fonte presque toutes les semaines des six premiers mois. Il était devenu une distraction pour les copains, et les mois suivants, ses amis qui aimaient passer leur temps libre dans les bars et devant leur console de jeux video, avaient remarqué la transformation de Valentin. Car après plusieurs semaines de travail intense à la salle de sport, il avait pris du muscle et de l’assurance. Si bien qu’un jour il estima en avoir assez pris pour arrêter la musculation, lassé devoir se justifier auprès de son entourage et de faire la queue devant les outils et appareils de la salle. Et comme il avait gardé les mêmes habitudes alimentaires, son corps repris assez rapidement les formes d’avant, et ses muscles étaient devenus du gras. Il déplorait son échec tous les jours devant son miroir, sans jamais remettre en question ses habitudes alimentaires. Et plus il déprimait face à son échec, plus il se goinfrait de viennoiseries sur le chemin du travail.

LA RENAISSANCE

Un matin d’hiver dans la salle d’attente chez le dentiste, Valentin découvrit un magazine sur la santé dans lequel il y avait plusieurs recettes pour mincir.
Il en nota quelques unes pour les essayer plus tard.

Une fois dans sa cuisine avec le sac de course qu’il venait de faire, il commença à préparer soigneusement l’un des plats dont il avait noté la recette. Après avoir goûter le premier plat, il décida d’en préparer plusieurs dans la semaine. Ces plats étaient plus colorés, plus croquant et plus légers que ce qu’il avait l’habitude de manger. Dans les premiers jours, Valentin pouvait percevoir les bénéfices de sa nouvelle alimentation. Lorsqu’il m’en parla il avait déjà changé d’aspect physique, et souriait plus qu’avant ! Je le trouvai nettement plus positif que les années précédentes. Plus tard, il se mis à refaire de l’exercice, et allait régulièrement courir sur les berges après le travail.

Son histoire m’a fait comprendre un certain nombre de choses sur ma propre expérience, car de nombreux points me sont familiers. J’en suis arrivé à me poser la question suivante:
Quels sont les mécanisme de la motivation? Pourquoi perdons nous souvent notre motivation?



Leave a Reply